Le Coran, tu t'abreuveras !

captcha 

Nombre de visiteurs

1805356
Today
Yesterday
This Week
Last Week
This Month
Last Month
933
1014
4635
1654284
5716
26042

 
Partager

DIXIÈME VERTU PRINCIPALE

COMBATTRE


75ème  affluent : Combattre pour Dieu


Depuis la cuisante, l'humiliante défaite du nationalisme arabe conduit par Nasser en 1967 de l'ère chrétienne, le peuple arabe, un peu à la traîne par rapport à l'éveil islamique d'ailleurs, du Pakistan par exemple, prend de plus en plus conscience de la faillite des idéologies et des gouvernants qui ne savent ni le défendre ni lui assurer une vie décente. Nasser avait exterminé les « frères musulmans », avant-garde de l'éveil islamique en pays arabes, il se posait en zaïm, en duce de la nation arabe, mais il n'a réussi, après tant de manoeuvres sur la scène du monde, qu'à donner son armée « révolutionnaire » en spectacle au monde. Sa défaite militaire fit oublier ses exploits démagogiques et ses luttes politiques. Le peuple égyptien lui-même, après le désarroi consécutif à la défaite, apprend à distinguer l'ivraie nationaliste du bon grain islamique. Mais la « victoire » de 1973 a anesthésié le bon sens du peuple et a permis aux gouvernants repliés sur le nationalisme pharaonique plus étroit de présenter la reddition au sionisme comme une solution courageuse.

C'est un peuple profondément travaillé par la honte de cette débâcle mémorable du 5 juin 1967 qui revient à l'Islam pour retrouver une histoire de succès et de gloire. C'est un peuple longtemps abusé par les slogans nationalistes que la réalité réveille à la supériorité du soldat sioniste motivé et autrement combatif.

L'affaire palestinienne est le catalyseur de la prise de conscience islamique en pays arabe. La résistance palestinienne qui se bureaucratise et se ramollit et le pacte contre Sadat de l'union syro-iraquienne ne sont certainement pas des ripostes suffisantes au défi sioniste surtout si cette alliance signifie la répression de l'éveil islamique. En Syrie, cette répression est sauvage : les gouvernants athées qui professent ouvertement le laïcisme font fausse route et conduisent leurs peuples à la défaite aussi sûrement que l'a fait Nasser.

L'éveil islamique s'accompagne d'un retour nostalgique à notre histoire de gloire, Ces combattants invincibles qui ont culbuté un empire puissant moins de vingt ans après l'avènement de l'Islam, comment étaient-ils ? Qui étaient-ils ? Quelle éducation, quelle discipline les ont formés ? Quelle force les habitait et les faisait vaincre ? Etaient-ils une exception à la moyenne des hommes ou bien n'étaient-ils que le produit logique et répétable de cette éducation islamique dont nous avons perdu le secret ?

Les peuples arabes vaincus et les peuples musulmans qui ressentent vivement l'occupation de la mosquée du Qods ont besoin du soldat combatif autant et plus que d'armements. Plus sans doute ; sur les tablettes des experts la motivation du combattant entre pour 60 % dans l'équation de la valeur totale d'une armée. L'Occident enveloppe dans le même mépris raciste les Arabo-musulmans et les juifs sionistes, mais le sionisme qui a pris fermement pied dans la politique et la vie économique et culturelle de l'Amérique joue gagnant tant que les intérêts de l'Etat sioniste correspondent à ceux du mastodonte impérialiste. La Russie soviétique elle-même, qui verse des larmes de crocodile sur le sort des Arabes, lutte contre leur cause et envoie en Palestine des hordes de « dissidents » hautement qualifiés, fin prêts pour entrer dans le circuit sioniste et l'enrichir.

Il faut aux Arabo-musulmans retrouver la combativité de leurs ancêtres pour survivre en milieu hostile pour l'Islam qu'est la fin de ce quatorzième siècle. En 1967 de l'ère occidentale, à la veille de la guerre des cinq jours qui a contresigné la faillite du nationalisme arabe, l'Occident a fait fête à la propagande sioniste qui vendait dans les rues d'Europe et d'Amérique les enseignes portant le slogan « Exterminez l'Islam ! »

Aujourd'hui et demain, après la démonstration d'Iran, l'Occident a et aura de plus en plus peur de l'Islam, plus que jamais. L'héritage pathologique des croisades entretient la haine du musulman dans l'esprit de chaque occidental. Les combats pour la libération nationale après l'occupation coloniale s'était appuyé sur le sentiment commun de la défense du territoire, mitigé du sentiment d'authenticité que nous partageons avec tous les peuples occupés. Devant l'accumulation des défaites et la menace contre nous de la coalition du monde, il nous faut retrouver notre identité profonde pour dire à tous à partir d'une position de force que l'Islam n'a jamais succombé aux démons de la haine et que l'esprit de croisade, qui habite toujours l'Occident, n'a jamais hanté la conscience musulmane.

De cette position de force nous pourrons faire comprendre au monde que le jihad, combat pour Dieu, exclut absolument le racisme, la violence injuste, l'agitation revancharde. Mais notre droit à nous défendre, notre devoir de livrer combat contre quiconque menace notre existence et l'intégrité de la « Maison de l'Islam » sont sacrés pour nous. L'hostilité contre l'Islam qui motive les traîtres parmi nos gouvernants alliés objectifs de l'ennemi externe ne changera rien à l'issue de notre combat. Il faut, c'est l'ordre du monde et la Loi que Dieu a mise dans l'histoire, que l'être destiné à une carrière forte grandisse dans l'exercice des rudesses. L'Islam à sa naissance a affronté l'hostilité apparemment insurmontable de deux empires plus celle plus immédiate de tribus innombrables. De même l'Islam à sa renaissance affrontera toutes les coalitions. Le combat des hommes pour Dieu implique le combat de Dieu pour les hommes.

Partager
 

A LIRE EN LIGNE !