Le Coran, tu t'abreuveras !

captcha 

Nombre de visiteurs

1805554
Today
Yesterday
This Week
Last Week
This Month
Last Month
1131
1014
4833
1654284
5914
26042

 
Partager

Son pardon

Le pardon signifie que l'homme excuse, dans la mesure du possible, celui qui lui a fait du mal ou porté préjudice. Cette qualité fit partie de la bonne moralité du Messager, et fut ordonné par le Seigneur Lui-même:

(Pratique le pardon; ordonne le bien; écarte-toi des ignorants) [Coran VII, 199].

Le Messager, demanda à Gabriel de lui expliquer la signification de ce verset.

- «Je vais le demander au Très haut», dit-il, s'absenta et revint avec l'explication. «Mohammad, le Seigneur t'ordonne de consolider tes parentés avec ceux qui les ont rompues, donner en aumônes à celui qui t'a privé et pardonner à celui qui t'a opprimé. »

Le Prophète, avait obéi aux ordres de Son Seigneur. La preuve en sont les exemples suivants:

'A'icha, que Dieu l'agrée, a rapporté:

«Lorsque le Messager, avait le choix entre deux actes, il choisissait le plus facile sauf s'il comportait un péché, il s'en éloignait alors.

Il n'a jamais pris de revanche sauf si un acte interdit par le Seigneur avait été commis; il vengeait alors la violation des lois divines.



 

* Le Messager d'Allah, se reposait, lors d'une expédition, à l'ombre d'un arbre lorsque Ghawrath bin Hareth s'approcha de lui en vue de l'assassiner.

Le Prophète, ne remarqua sa présence que quand il fut debout en face de lui, le menaçant avec son épée et disant:

- «Qui te défend contre moi?»

- «Allah», dit le prophète l'épée tomba des mains de Ghawrath;
le Messager la prit et demanda à son tour»

- «Qui te défend contre moi

Sois un bon pardonneur», répondit l'autre.

Le Messager, en effet, lui pardonna et le laissa partir.

Arrivé chez son peuple, Ghawrath leur raconta qu'il avait été chez le meilleur des hommes.



 

* Le lendemain de la prise de la Mecque, le Prophète que Dieu, le bénisse et le salue, entra dans la Mosquée et y trouva les notables
de Qoraïch, la tête baissée, dans l'attente du verdict du Messager.

- «Quel sera, à votre avis, mon verdict ?» demanda-t-il.

- «Tu est un noble frère, neveu d'un noble homme»,
répondirent-ils.

Il leur pardonna malgré tout; malgré les innombrables crimes commis contre lui et contre ses compagnons. IL ne leur adressa pas le moindre reproche, ne les battit point et n'assassina personne.



 

* Sur son chemin de retour vers Médine en provenance de Tabouk, les hypocrites complotèrent contre lui et voulurent le tuer.
Il le sut et leur pardonna pour une raison qu'il donna:

«Je ne permettrai pas aux gens de dire que Mohammad assassine ses compagnons»



 

* Un homme s'approcha de lui avec l'intention de l'assassiner. Ses projets criminels furent dévoilés. L'homme eut peur et commença à trembler.

- «N'aie pas peur», le calma le Prophète, «même si tu voulais me tuer, tu ne l'aurais pas pu». Car le Seigneur l'avait informé qu'il le protégeait. Malgré tout, le Messager, que Dieu le bénisse et le salue , tout indulgent qu' il était, pardonna à celui qui voulait le tuer.

 


Partager
 

A LIRE EN LIGNE !