Le Coran, tu t'abreuveras !

captcha 

Nombre de visiteurs

1805328
Today
Yesterday
This Week
Last Week
This Month
Last Month
905
1014
4607
1654284
5688
26042

 

Conclure la bay'a et obéir

Conclure la bay'a et obéir

Partager

DIXIÈME VERTU PRINCIPALE

COMBATTRE

 

78ème  affluent : Conclure la bay'a et obéir


La bay'a est un pacte, un contrat synallagmatique entre le collectif communautaire et l'imam élu. Le pacte réciproque était conclu, du temps du Prophète et de ses successeurs sages, entre l'imam et chacun des membres influents de la Communauté par un engagement solennel en public. Les autres membres de la Communauté, trop nombreux pour que chacun traite directement et personnellement avec l'imam, pouvaient accomplir l'acte de bay'a avec des représentants et des émissaires accrédités. Les formes démocratiques modernes du bulletin secret ne contrôlent nullement la volonté d'engagement des votants et n'en indiquent pas la portée, mais la bay'a solennelle et personnelle est la concrétisation morale de la volonté d'obéir à Dieu par laquelle le chef donne la contrepartie à la volonté d'obéissance que les fidèles lui assurent. Après le vote politique qui pourrait bien se dérouler par bulletin secret afin de préserver les sensibilités, il faut que la bay'a couronne l'opération non pas comme une cérémonie symbolique mais comme un acte grave et conséquent.

La bay'a sous la royauté mordante et les dictatures sans nom est devenue une cérémonie d'allégeance unilatérale, une mystification du peuple qui est payé en monnaie de singe.

Abou Bakr a été élu après un débat auquel ont participé les membres éminents de la Communauté en une assemblée spontanée. Les conditions modernes et les moyens modernes permettent que les préparatifs électoraux soient rigoureusement organisés. La constitution doit établir le cadre dans lequel la dévolution du pouvoir se fait. Elle doit définir les conditions qui gouvernent le dégagement des candidats à partir des propositions de la communauté ainsi que leur nombre. L'auto-candidature n'est pas acceptable.

La constitution doit définir également les modalités de destitution du chef suprême et les infractions qui justifient sa révocation. L'obéissance jurée est souvent le prétexte que les candidats à la tyrannie invoquent pour abattre les oppositions.

La délégation du pouvoir à partir du sommet doit rencontrer à chaque étage de la hiérarchie le contrôle de base. L'étalement de l'autorité par la régionalisation et la bonne distribution des responsabilités permettra à tous de surveiller l'exécution des pactes partiels rattachés au pacte essentiel de la bay'a qui est la clef de voûte du pouvoir. Le devoir d'obéissance donne à chacun le droit de regard. La nasîha est aussi sacrée que la bay'a.

 



Partager
 

A LIRE EN LIGNE !