Le Coran, tu t'abreuveras !

captcha 

Nombre de visiteurs

1805542
Today
Yesterday
This Week
Last Week
This Month
Last Month
1119
1014
4821
1654284
5902
26042

 
Partager

NEUVIÈME VERTU PRINCIPALE

CHEMINER


73ème  affluent : Ne pas se laisser séduire par la vie basse


Les tensions sociales et internationales d'ordre économique et politique que connaît le monde ont pour origine l'esprit jahiliyen de la civilisation matérialiste dominante. Les valeurs matérielles remplacent les valeurs humanistes de fraternité et de solidarité que l'on ne trouve encore, à l'état de vestiges, que dans les endroits à l'écart de la civilisation rationnelle, utilitaire et égoïste : campagnes et pays sous-développés.

Ces tensions font planer sur le monde le spectre de la violence ; la guerre des classes et la guerre des nations se profilent à l'horizon. Le marxisme, qui est la fine fleur de l'esprit jahiliyen, comme les fascismes plus frustes basent leurs philosophies sur la lutte violente pour la justice et la suprématie du plus fort. Pour assurer cette suprématie, les Etats en quête d'hégémonie ne se servent plus d'idéologies que pour l'exportation et le manège diplomatique, la violence pure de la Realpolitik est la méthode.

Production de plus en plus accrue, défense des positions stratégiques constituent un complexe économico-militaire. Violence sur la nature et violence contre les hommes. Mauvaise répartition des ressources et mauvaise utilisation. Le niveau de vie des occidentaux continue à grimper au-delà de sept mille dollars par personne et par an malgré la régression économique et la cherté du pétrole alors que les pays les plus désarmés continuent de s'appauvrir et sont écrasés sous la charge double de l'Energie hors de prix que les Arabes contrôlent et de la nourriture et de la technique que l'Occident monopolise.

La civilisation matérielle s'avère incapable d'organiser le monde et d'offrir aux habitants du globe une convivance civilisée. Après les systèmes coloniaux et impérialistes, voilà que les forces jahiliyennes enlèvent le masque et montrent carrément les dents ; c'est la guerre économique de tous contre tous. La jungle darwinienne tend à sa logique ultime. Les pays islamiques doivent s'armer pour ce combat en se joignant aux faibles. Mais nous devons surtout montrer au monde la solution fraternelle.

L'efficacité sans moralité est une course à la catastrophe. La moralité sans spiritualité n'est qu'une vertu éphémère que la dureté de la vie et la condition du monde diluent rapidement. L'Occident a fini de perdre sa spiritualité, il est en train de passer au stade cynique où toute moralité disparaît. Les cris pour les droits de l'homme annoncent peut-être un retour, peut-être ne sont-ce que les derniers glouglous d'une conscience qui se noie.

L'Occident dévoyé a persuadé le monde que la Vie dernière n'existe pas et que la valeur suprême est le « bonheur » pour l'individu et la force- pour les nations-Etats, cadres où se consomme ce bonheur. La « vie », la « culture », l'art,, le plaisir, la gloire, le loisir ; telles sont les catégories du bonheur terrien, telles sont les valeurs que l'Occident cultive et enseigne, et elles tournent toutes autour des instincts et des pulsions de bas niveau de l'homme.

Le renouveau islamique qui a pour mission de rappeler sa dignité à l'homme et d'appeler l'humanité à Dieu doit situer le nécessaire, le besoin voire le confort décent économiques dans leur cadre véritable ; la justice responsable et le don comme devoir fraternel lié au devoir-être du fidèle évoluant vers la mort et vers la Vie dernière et éternelle.

Le fidèle, la société des fidèles doivent tenir en compte la nécessité de préparer la force physique et militaire et se tenir prêts à toute éventualité, mais la force morale tirée de la Vérité de la foi en Dieu et en notre devenir est le contenu du message dont nous sommes porteurs.

C'est par le dépassement de l'égoïsme individuel et la répression des instincts déréglés dans la société que les tensions sociales et internationales pourront être dissipées. La vie basse (al hayat ad douniâ) n'est à mépriser qu'en tant que piège. L'avoir et le combat juste pour le défendre et en assurer une utilisation répondant à la finalité de l'homme sont des valeurs essentielles. C'est lorsque l'avoir et son évolution cancéreuse (takâthur) menacent la spiritualité et la moralité de l'homme, lorsque l'avoir nourrit une philosophie matérialiste et échappe au contrôle moral et politique de la société qu'il doit être un objet de méfiance, comme étant la séduction néfaste à maîtriser.

Partager
 

A LIRE EN LIGNE !