Le Coran, tu t'abreuveras !

captcha 

Nombre de visiteurs

1805378
Today
Yesterday
This Week
Last Week
This Month
Last Month
955
1014
4657
1654284
5738
26042

 
Partager

SEPTIEME VERTU PRINCIPALE

TÉMOIGNER pour DIEU

 


 

62ème  affluent : Fréquenter la mosquée


Selon Ibn Khaldoun, la mosquée était considérée de tout temps en Islam comme l'institution centrale ; son animation était la fonction la plus haute du chef de l'Etat. Ceci se comprend parce que le chef d'Etat en Islam est avant tout le chef de la communauté représentant de l'Appel. L'héritage spirituel du Prophète est primordial par rapport à l'exercice de l'autorité et le conditionne.

L'imam est un enseignant, son éloquence en chaire et sa façon de conduire la prière produisent un impact considérable. Les hypocrites, comme Nasser le nationaliste et Soekarno l'athée, ont essayé de se servir de la mosquée pour impressionner et faire accroire. Ils n'étaient pas les seuls, et la ferveur ne se joue pas comme une pièce de théâtre.

L'éducation islamique repose sur la démassification de foules ; la communication des personnes dans le même endroit consacré à la communion avec Dieu à l'occasion de la prière et des assises de l'iman (affluent 19) offre l'occasion de se lier d'amitié, de tisser un réseau d'amour avec ses frères sortant chacun de l'anonymat et de l'irresponsabilité. L'organisation de la communauté doit pousser plus loin les connexions et ordonner des cellules disciplinées, mais la mosquée doit rester le coeur vivant de la société islamique.

Du temps du Prophète, la mosquée était le lieu d'adoration, l'école, le quartier général des forces combattantes. C'est dans la maison de Dieu que se tenaient les assemblées solennelles, que se décidaient les affaires vitales.

Il faudra restituer à la mosquée son rôle et la sortir de l'angélisme innocent ou l'ont dégradée la torpeur et la léthargie des siècles. L'enseignement général et les affaires militaires auront par nécessité des institutions séparées, mais la mosquée doit retrouver son rôle comme université spirituelle rassemblant tous les fidèles sans distinction d'âge ou de situation sociale. Elle doit abriter les principales activités de l'organisation communautaire, rayonner sur toutes les cellules et centraliser leurs efforts.

C'est à la mosquée qu'il faut inviter le frère égaré qui veut rentrer dans les rangs. C'est là, en milieu vivant et vibrant, qu'il découvrira la différence entre. le grégaire de la famille, l'aggloméré de la rue et la fraternité organique de la communauté vivante.

Le Coran encourage et valorise l'acte de construire la mosquée de l'unité, blâme et stigmatise les institutions qui ont pour objet de rivaliser avec la communauté et de la diviser. C'est dire l'importance de cette institution et le souci que l'iman doit attacher à balayer les facteurs de division qui élisent domicile dans les mosquées. Dans nos mosquées de désordre, l'ordonnancement de la prière et la nomination des prédicateurs sont confiés à une bureaucratie tiède et non engagée. La moindre divergence doctrinale donne lieu aux luttes non contrôlées parmi les militants contradictoires. La mosquée et ce qui s'y dit et s'y fait sont tellement importants qu'il ne faut les confier à des fonctionnaires ou à l'initiative des bénévoles différemment orientés. C'est la base engagée et organisée, liée à l'imam suprême par le pacte de fidélité et ayant sa délégation qui doit élire les animateurs et mettre à la tête de cette institution vitale les meilleurs. Le leadership doit rencontrer le peuple et se mélanger à lui quotidiennement. C'est à la mosquée que cela doit se faire. C'est à la mosquée qu'il faut penser en tout premier lieu chaque fois qu'il s'agira de construire des logements, une école, une administration. L'architecture islamique a toujours consacré les ressources financières et celles de l'art à l'érection de belles mosquées. Il faut recentrer les villages et les villes autour de la mosquée.

La mosquée ressuscite ; il n'y a qu'à méditer sur le rôle considérable, décisif qu'elle a joué dans les récents événements d'Iran.

Le Prophète enseigne l'adab de la mosquée ; la propreté et le calme sont l'atmosphère propice à la présence à Dieu et à l'exercice de l'éducation des passions sous les yeux compatissants de nos frères.

Partager
 

A LIRE EN LIGNE !