Le Coran, tu t'abreuveras !

captcha 

Nombre de visiteurs

1805399
Today
Yesterday
This Week
Last Week
This Month
Last Month
976
1014
4678
1654284
5759
26042

 
Partager


Son comportement vis-à-vis des amis et de la famille

Le Messager d'Allah, était connu par sa bonne compagnie, la politesse qu'il adoptait vis-à-vis de ses amis et les convenances cérémonieuses qu'il adoptait.

Citons des exemples confirmant ces dires.

* 'Ali, que Dieu l'agrée, a décrit le Prophète, comme suit:

Le Messager, était un homme au grand cœur, honnête, sincère et de grande politesse.

* Le Prophète passa un jour à dos de son mulet près de Ibn Oubay qui se trouvait parmi un groupe formé de musulmans et de
polythéistes.

- «Ne soulevez pas de poussière, retournez dans vos quartiers».

Les musulmans se mirent en colère et faillirent s'entretuer avec les polythéistes qui prirent le parti de Ibn Oubay.

Le Messager, les calma et mit fin au conflit. 11 poursuivit son chemin vers la maison de Sa'd bin Mou'az et lui raconta la scène.

- «ô Messager d'Allah», dit Sa'd , «pardonne-lui. Les gens de Médine avaient décidé de le nommer au trône, quand le Seigneur t'a
envoyé avec la vérité».

Le Prophète, lui pardonna. Lorsqu'il voulut rentrer chez lui, Sa'd lui présenta un âne couvert d'une étoffe. Le Prophète l'enfourcha et dit au fils de Sa'd, qui devait l'accompagner, de monter.

Lorsque le garçon refusa, le Prophète, lui posa un ultimatum:

- «Soit tu montes avec moi, soit tu pars».

- «Je pars», choisit le garçon.

Une autre version dit qu'il lui avait dit: «Monte devant moi car le propriétaire de la monture est plus en droit de monter devant».

Ibn Abou Hala l'a décrit aussi:

«Le Messager, était toujours affable, et doux, il ne montrait aucune rudesse et insolence, ne commettait pas les turpitudes, ne diffamait personne et ne chantait avec exagération les éloges de personne; lorsqu'il n'aimait pas une chose, il détournait son visage. Il répondait à toutes les invitations, acceptait les cadeaux, même si on lui offrait les pattes d'un mouton et récompensait à son tour celui qui lui offrait des présents. »

Anas bin Malek dit:

J'ai travaillé au service du Messager dix ans; il ne m'a jamais rudoyé et ne m'a jamais dit: Pourquoi as-tu fait cela? Pourquoi as-tu laissé cela?»

* 'A'icha, que Dieu l'agrée, dit:

Personne n'avait une moralité meilleure que celle du Messager, que Dieu le bénisse et le salue. Lorsqu'un de ses compagnons ou de sa famille l'appelait, il accourait».

* Un de ses proches le décrivit aussi:

Le Messager, plaisantait avec ses amis, conversait avec eux, cajolait leurs fils et les installait sur ses genoux.

Il répondait à l'appel de l'homme libre, de l'esclave du riche et du pauvre, rendait visite aux malades même s'ils habitaient à l'extrémité de la ville et acceptait l'excuse de tous».

* Un autre de ses proches dit:

Le Messager, prenait l'initiative du salut, et tendait le premier la main. Personne ne l'avait jamais vu tendant les jambes pour ne pas mettre ses compagnons à l'étroit. Il honorait son visiteur, allant même jusqu'à étendre son manteau pour lui, lui accorder le coussin sur lequel il était assis et insistait pour qu'il s'asseye dessus. Il appelait ses amis par leurs surnoms ou par les noms qu'ils chérissaient le plus; il n'interrompait aucun interlocuteur sauf si celui-ci commençait à devenir diseur; il l'arrêtait alors ou se levait.

S'il était en train de faire sa prière et sentait quelqu'un s'approcher de lui, il réduisait sa prière et lui demandait ce qu'il voulait. Il reprenait ensuite sa prière.

Enfin, citons la meilleure des descriptions, celle du Seigneur qui dit:

(Tu as été doux à leur égard par une miséricorde de Dieu. Si tu avais été rude et dur de cœur, ils se seraient séparés de toi. Pardonne-leur! Demande pardon pour eux; consulte-les sur toute chose) [Coran III, 159).

 


Partager
 

A LIRE EN LIGNE !