Le Coran, tu t'abreuveras !

captcha 

Nombre de visiteurs

1805523
Today
Yesterday
This Week
Last Week
This Month
Last Month
1100
1014
4802
1654284
5883
26042

 
Partager

SIXIÈME VERTU PRINCIPALE

FAIRE BONNE ŒUVRE

 


52ème  affluent : Oter l'écueil de la vie publique

 

Voici le deuxième affluent de l'iman désigné par le Prophète. L'action islamique se distingue par la solidarité bénévole de l'action humaine ordinaire intéressée. L'égo apprivoisé ne se croit plus le nombril du monde, il arrive à la maturité de l'altruisme et pense à son intérêt supérieur. L'égocentrisme est dépassé, c'est l'être profond qui se manifeste et exerce sa suprématie sur l'être artificiel. Alors mes frères sont l'objet de toute mon attention ; je dois leur éviter tout ce qui risque de les faire trébucher ou de les embarrasser sur leur chemin. Je 'dois assister mes frères dans les démarches ordinaires de la vie, leur rendre les petits services et les grands.

Les embarras institutionnels et conjoncturels dont souffrent nos sociétés malformées ont pour principale cause les blocages introduits par la lutte des égoïsmes, par la paresse, par les jalousies et la recherche, au moyen de la concussion, de gains illicites. L'organisation bureaucratique, que régit la loi du gonflement en chaîne, est incapable d'enfoncer les blocages ; elle-même étant une maladie, la bureaucratie est incapable de guérir le mal qu'elle occasionne Il faut chercher d'autres leviers pour débarrasser les institutions et la vie quotidienne des gênes, des confusions, des lenteurs, des lourdeurs et des inepties qu'engendre l'irresponsabilité du fonctionnaire peu concerné, du juge véreux et du partenaire sans scrupule. La hisba, qui signifie toutes les nuances de la racine qui correspond en français au verbe « compter », n'est pas une catégorie de gestion mais un agent organisé dont l'objectif est d'éveiller et d'orienter la solidarité. C'est dans la conscience de l'homme individuel qu'il faut chercher le ressort capable de venir à bout des habitudes et de la mentalité de la jungle égoïste. C'est dans le sentiment de fraternité, protégé et encouragé par la hisba qui décourage la déviation, qu'il faut chercher le remède aux grincements dans les relations sociales.

L'idée d'un médiateur (ombudsman), d'un personnage sage qui prenne en charge et facilite l'acheminement des dossiers litigieux, qui liquide les contentieux entre les particuliers et l'administration, qui aplanit les difficultés et désamorce les conflits n'est pas mauvaise. Seulement, en dehors de la Scandinavie qui est le pays de naissance de l'idée et où le volume des pays est raisonnable et les moeurs placides, le médiateur s'empêtre dans sa propre bureaucratie. La hisba a beaucoup de leçons à apprendre, positives et négatives, mais elle a surtout beaucoup à inventer en s'appuyant sur le ressort moral que l'éducation de la personnalité islamique individuelle et l'organisation des fidèles en un corps organique et fraternel peuvent ressusciter.

Le caillou qu'on enlève du milieu du chemin pour éviter aux autres un embarras symbolise toute cette éthique altruiste de serviabilité. Mu'adh le Compagnon marchait à côté d'un homme ; il trouva sur son chemin un caillou qu'il enleva. Son compagnon lui demanda : « Que fais-tu là ? » « J'ai entendu le Prophète, répondit-il, nous dire : "Qui conque enlève un caillou du chemin, cela sera enregistré comme une bonne action (hasana). Quiconque a une bonne action à son actif habitera le Paradis". »

Partager
 

A LIRE EN LIGNE !