Le Coran, tu t'abreuveras !

captcha 

Nombre de visiteurs

1805363
Today
Yesterday
This Week
Last Week
This Month
Last Month
940
1014
4642
1654284
5723
26042

 
Partager


Son équité

 

L'équité est l'opposé de l'oppression. Le Seigneur a exhorté les Hommes à l'adopter tant en propos qu'en sentence:

(Lorsque vous parlez, soyez équitables même s'il s'agit d'un parent proche) [Coran VI, 152] et (Dieu vous ordonne de restituer les dépôts et déjuger selon la justice, lorsque vous jugez entre les hommes) [Coran IV, 58]. Les jugements des cieux et de la terre se basent sur cette équité.

Comment le Messager, pouvait-il ne pas être juste alors qu'il est celui qui a déclaré:

- «Trois catégories d'hommes sont dignes de l'estime de Dieu: une de ces catégories est le gouverneur juste; celui-là même qui fait partie des sept catégories d'hommes qui seront à l'ombre de Dieu, le jour où il n'y aura d'ombre que la Sienne.

Il avait également dit:

«Les justes seront sur des chaires de lumière le Jour de la Résurrection. Ce sont les personnes équitables dans les jugements qu'ils rendent et envers leurs sujets qu'ils gouvernent».

C'est ainsi que la justice était appliquée par le Prophète, aussi bien dans ses propos que dans ses agissements et ses sentiments.

Cette qualité était inhérente à son caractère bien avant la révélation du Message divin.

En voici des modèles de justice exemplaire: lorsque les Qoraïchites avaient élevé les murs de la Ka'ba et que vint l'heure de mettre la Pierre noire à sa place, s'ouvrit une grande querelle. Chacun des clans en voulait avoir l'honneur,

Laissons-le à Dieu», dirent-ils enfin, «et acceptons le jugement de la première personne qui va arriver demain». Le « hasard» voulut que ce fût Mouhammad, que Dieu le bénisse et le salue.

C'est l'homme digne de confiance (Al-Amin), nous accepterons son arbitrage».

Le Messager, fit apporter une étoffe, l'étendit sur la terre, plaça la Pierre sur l'étoffe et appela les représentants des divers clans à soulever l'étoffe, puis il remit la Pierre à sa place.

* Lorsque la femme Makhzoumia avait volé, les croyants eurent pitié d'elle et voulurent lui éviter l'application de la sanction pénale prescrite. Ils envoyèrent Oussama bin Zayd pour intercéder en faveur de la voleuse.

- «Es-tu venu intercéder pour éviter l'application d'une sanction pénale prescrite par Dieu?».

«Par Allah, même si Fatima bint Mouhammad avait commis un vol, je lui aurais coupé la main».

* II était marié à neuf femmes et les traitait équitablement mais sa crainte d'avoir été injuste le poussait à demander le pardon du Seigneur.

- «Seigneur, c'est bien ma part que je possède. Ne me blâme pas
pour une chose que Tu possèdes et que je ne possède pas».

* Un Bédouim lui avait dit:

- «Sois équitable, ce n'est pas un partage que Dieu approuverait».

- «Malheur à toi», lui dit-il, «qui serait équitable si je ne le suis pas; si je ne l'avais pas été, j'aurais essuyé un échec».

* Au sujet du manger et du boire, il disait:

«Le fils d'Adam se ferait du tort s'il remplit énormément son estomac. Il lui suffit quelques bouchées qui le feront tenir; s'il le fait, qu'il laisse dans son ventre un tiers au manger, un tiers au boire et un tiers à la respiration».

Le Messager partageait son temps en trois:

- Un tiers consacré à son Seigneur.

- Un tiers consacré à sa famille.

- Un tiers consacré à sa personne.

Le dernier tiers était également réparti entre sa personne et les gens.

Il disait:

- «Aidez celui qui ne peut me demander secours. Celui qui comble le besoin d'un autre qui ne peut le demander sera sauvegardé par Dieu le Jour de la grande alarme».

Ai-Hassan rapportait:

«Le Prophète, ne jugeait personne pour un péché commis par un autre, et ne croyait pas les paroles prononcées contre un autre».

 


Partager
 

A LIRE EN LIGNE !